Les Infiltrés

Le chat et la souris version Scorsese

Leonardo DiCaprio. TFM Distribution
Nouveau rôle brillant et noir pour le beau Leonardo DiCaprio

Matt Damon et Leonardo DiCaprio. TFM Distribution

Jack Nicholson et Leonardo DiCaprio. TFM Distribution

 

" Cops or criminals? When you’re facing a loaded gun, what’s the difference?"

Boston. La pègre irlandaise menée par Frank Costello. La police "Unité des Enquêtes Spéciales" menée par Dignam, Queenan et Ellerby. Billy Costigan, jeune recrue de la police, se voit infiltré le gang de Costello pour le faire le faire tomber. Colin Sullivan, sous les ordres de Costello, infiltre la police. Menant une double-vie, ils apprennent la présence de taupes dans chacun des deux secteurs. Colin et Billy se lancent dans une course contre la montre: tuer l’autre pour survivre…

The Departed veut dire les défunts. Ceux qui sont partis, morts. Ils pèsent sur tout le récit, ceux d’avant, et les prochains, inexorables. Car dans ce thriller mélangeant infiltration et pègre, les morts, forcément, il y en a.  Donnez cette histoire (remake de Internal Affairs) et une caméra à Martin Scorsese, et ce réalisateur de génie vous sortira son dernier chef d’œuvre en date: The Departed (rebaptisé bêtement Les infiltrés en France). The Departed est une histoire de trahison, de mensonge, de perfidie, d’immoralité, de violence, de brutalité, qui se révèle par dessus tout… fascinante. Mise en scène nerveuse, brute, violente, Scorsese filme avec beaucoup de classe, de style mais aussi d’intensité ce jeu de cache-cache entre deux infiltrés, chacun dans le camp de l’autre. L’intrigue policière est menée d’une main de maître, mais Scorsese s’attache également beaucoup à ses personnages. Il entre dans le mental de ces deux hommes obligés de perdre leur identité. Psychologiquement, ce double-jeu les tue, les détruit, notamment Billy, plus vulnérable, plus fragile. Histoire de destruction donc. Mentalement et physiquement. Sinon, Scorsese s’amuse – le film est assez cynique et ses dialogues sont parfois drôles – et la reconstitution de la pègre irlandaise et de son milieu est parfaite. Certaines scènes sont des bijoux d’ingéniosité et de maîtrise et on ne s’ennuie pas une seule seconde, pris dans l’histoire comme jamais.
Sans doute grâce aux interprétations de grands acteurs. En tête, Leonardo DiCaprio tout simplement époustouflant et intense dans le rôle le plus vulnérable, ce qui n’est pas pour nous déplaire, puisqu’il y gagne en épaisseur. Suivent les excellents Matt Damon moins éclatant que son confrère mais toujours juste, limite effrayant puisque jamais il ne craque sous la pression, Jack Nicholson géniallisime (et le mot est faible) contrairement à ce que dise les mauvaises langues ainsi que Mark Wahlberg dans un rôle cynique et il faut l’avouer assez drôle. Martin Sheen, Ray Winstone, Alec Baldwin, tous parfaits et Vera Farmiga, seule femme de ce thriller dramatique qui s’en sort avec les honneurs, complètent le tableau.

The Departed a un très bon casting, un très bon scénario, une très bonne musique, une très bonne mise en scène, trois acteurs de génie et de talent (dont Leonardo DiCaprio qui brille de mille feux), et nous tient un haleine pendant 2h30 non-stop. Le polar contemporain est revisité par le maître Scorsese: brillant, intense et passionnant. Sûr que c’est du cinéma de haut vol.

Affiche américaine. Warner Bros. Affiche américaine. Warner Bros. Affiche américaine. Warner Bros.


3 thoughts on “Les Infiltrés

  1. Pour le scénar, rien de rien de scorcese puisqu’il reprend scène pour scène, plan pour plan ceux de la trilogie Infernal affairs. Oui, c’est écrit en tout petit à la fin du générique. On appelle ça la reconnaissance.
    Sinon très bon film.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *