La Voie Lactée (avant-première)

Souviens-toi…

Girafa Filmes

Heitor aime Julia. Ca paraît simple comme bonjour, simplement, la vie n’est pas toujours rose...Pour son second long-métrage, Lina Chamie, loin des comédies romantiques hollywoodiennes clichées, insuffle un brin d’originalité, de fantaisie et de poésie à son drame sentimental. Heitor erre dans les embouteillages de Sao Paolo, perdu entre souvenirs et imagination, images et sentiments. Il se rattache à des moments clés de leur relation (à l"instar de Jim Carrey dans Eternal Sunshine…), instants perdus qu’il revit une dernière fois en pensée. Lina Chamie choisit un montage désordonné, brouillon même, rythmé par des musiques qui nous entraînent dans une confusion d’émotions. Le spectateur entre dans le subconscient du personnage pour épouser la moindre de ses pensées, sans négliger pour autant l’aspect extérieur du monde. Sans aller au fond du problème, la réalisatrice fait ressortir la pauvreté du Brésil et crée un contraste entre l’imagination du héros et la réalité violente qui l’entoure. Si parfois le récit manque de dynamisme et souffre de quelques images et effets inutiles, l’originalité et la profusion de sentiments restent à la mémoire du spectateur. La mise en scène marquante et la chute surprenante (pour certains) et douloureuse viennent clore une prestation d’acteurs remarquable.

La voie lactée est un bon film qui se détache du lot pour son originalité qui est le point fort du film mais aussi son point faible: trop brouillon, pas assez sobre…Une réalisatrice dôtée de talent qui ira loin avec un peu plus de rigueur.

Girafa Filmes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *