Snow Cake

La cerise sur le gâteau de Marc Evans

Alan Rickman. MK2 Diffusion

Carrie-Anne Moss. MK2 Diffusion  Sigourney Weaver. MK2 Diffusion

Alex prend Vivienne en stop. Lui est un homme d’une cinquantaine d’années qui cache un lourd et douloureux passé. Elle est une jeune femme d’une vingtaine d’années, drôle, écrivain en herbe et qui voit en Alex sa douleur et sa solitude. Ils partagent quelques heures de route avant qu’un accident de voiture ne tue la jeune femme. Alex, au volant, en ressort indemme. Enfin pas tout à fait…La culpabilité le rongeant, même s’il n’est pas responsable de la mort de Vivienne, il décide de rencontrer la mère de celle-ci pour lui expliquer ce qui c’est vraiment passé…Il débarque alors chez Linda, mère de Vivienne, autiste.

Il y a quelque chose se spécial qui se dégage de ce film. Tout d’abord beaucoup, beaucoup d’émotion. Mais de l’émotion vraie, pas celle fabriquée par la plupart des films. Et ensuite cette atmosphère enneigée, hivernale, où un homme réapprend à vivre. Loin des grosses productions canadiennes, loin de Rain Man, se tisse l’histoire de ses destins croisés. Sans jamais parler de l’autisme comme d’une maladie ou même sans s’apitoyer sur le sort de cette femme, Marc Evans parle de la vie. La vie qui fait souffrir, qui fait mal, mais qui en fin de compte n’est pas si mal que ça si on considère l’amitié, l’amour, qui redonneront envie à Alex de vivre tout simplement. L’histoire ne tombe pas dans le mélo, mais elle touche. Sur de magnifiques musiques, sans ornements autre que le Canada et ses paysages enneigés, Snow Cake donne l’occasion à trois grands acteurs de prouver qu’ils ont encore beaucoup à donner. Alan Rickman, très très grand acteur, qui a oui fait autre chose que Rogue, a là un rôle tout simplement magnifique, un de ses meilleurs et de loin. Sigourney Weaver que l’on avait pas vu depuis quelques temps, campe là une autiste tout en pudeur et finesse. A ce duo de tête, la belle Carrie-Anne Moss montre que même après Matrix, elle a encore du talent à revendre.

On pourrait le rapprocher de Loin d’elle (de Sarah Polley) pour l’ambiance, mais on peut aussi les éloigner. Snow Cake parle de faire un deuil, de réapprendre à vivre et finalement de vivre. Porté par des acteurs au top (retenez Alan Rickman et Sigourney Weaver en état de grâce), le film de Marc Evans touche profondément. Enfin, un réalisateur a su capter ces moments rares de la vie, les changements imperceptibles d’une personne. Du cinéma indépendant brûlant, intense et beau. Un délicieux gâteau.

MK2 Diffusion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *