Le rêve de Cassandre

Le rêve de Woody

Ewan McGregor et Colin Farrell. TFM Distribution

Tom Wilkinson et Ewan McGregor. TFM Distribution Colin Farrell et Ewan McGregor. TFM Distribution

Deux frères, Ian et Terry, s’offrent un voilier le "Cassandra’s Dream" malgré leurs difficultés financières. Plutôt importantes. Le premier est tombé amoureux d’une jeune actrice ambitieuse et n’a pas d’argent. Le second est endetté jusqu’au cou. Heureusement ou malheureusement pour eux, leur oncle millionnaire Howard débarque à Londres. L’occasion pour les deux frères de lui demander de l’argent. Celui-ci en échange, leur demande un service.

Ca pourrait se passer en parallèle du chef d’oeuvre Match Point. On retrouve les mêmes rues, la même ambiance. Et toujours cette même question "Jusqu’où iriez-vous pour de l’argent?". Et toujours ce même sujet qui anime les deux drames: la conscience. Après Jonathan Rhys-Meyers, c’est l’irlandais Colin Farrell et l’écossais Ewan McGregor qui retrouvent les rues londoniennes pour ce nouveau drame policier. Mais mlagré toutes les concordances qu’on pourrait donner aux deux films, il faut l’avouer, Le rêve de Cassandre reste loin de Match Point. Moins nerveux avec moins tension. Mais justement, s’affranchit de l’étiquette "nouveau Allen à la Match Point", pour devenir un film à lui tout seul. Qui ne manque pas de maîtrise. Ni d’intelligence. Lentement mais sûrement, le maître Woody Allen place ses personnages comme des pions et les plonge dans des difficultés, qui on le pressent n’iront pas en s’arrangeant. D’autant plus lorsque l’oncle Howard débarque avec "service". Dans le plus pure style "tragédie", Allen se concentre sur Ian et Terry en proie à leur conscience. Ca donne un film noir, torturé au goût de souffre. Pas de grands retournements, pas d’action. Juste un drame à l’inquiétante noirceur qui met en scène deux hommes confrontés à leur conscience dont le déroulement, inéluctablement, sera à la hauteur de Match Point. C’est déjà pas mal. Et le point fort du Rêve de Cassandre que n’a pas son précédent drame londonien est le duo d’acteurs, presque à contre-emploi oserez-t-on dire. Ewan McGregor (je l’aime!!) a toujours cette classe folle, ce charisme fou et cette ambiguïté dont il fait profiter le film. Colin Farrell, lui, fait des ravages. Rongé par une folie douce et une culpabilité (auto)destructrice, il est par sa fragilité et sa nervosité sur le fil du rasoir, et récupére là un grand et beau rôle.

On pourra dire ce qu’on voudras mais Match Point n’est pas Le rêve de Cassandre. Certes l’endroit et le thème sont les mêmes, mais ce nouvel opus est un film à part entière. Ici Woody Allen donne les deux rôles principaux à Ewan McGregor et Colin Farrell absoluments renversants. Dire qu’ils sont le principal attrait du film serait un peu présomptueux: ce serait oublier la maîtrise dont fait preuve Allen et son goût pour la grande question: Jusqu’où sommes nous prêts à aller? Il y répond de façon presque voilée et le constat se révèle assez pessimiste. Et vous jusqu’où iriez-vous?

TFM Distribution
 

One thought on “Le rêve de Cassandre

  1. UN FILM MAGNIFIQUE c’est du pur Woody Allen !

    A voir sans hésitation, comme toujours il sait nous mettre dans le bain et on ne lache plus rien du début jusqu’à la fin. Et ce que j’aime bcp chez lui c’est qu’il ne montre jamais les personnes assassins.

    Vivement le prochain film !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *