Mi$e à prix

Kill Buddy

Studio Canal

Alicia Keys. Studio Canal  Chris Pine, Kevin Durand et Maury Sterling. Studio Canal

Buddy Aces Israël, magicien à Las Vegas qui trempe dans ce qui n’est pas net,  va témoigner contre Primo Sparazza, sorte de parrain de la mafia. La mafia lance un contrat sur la tête d’Israël. Celui ou celle qui le tue et ramène son coeur à Sparazza touche le gros lot: 1 million de dollars. Et y en a pas mal qui voudrait bien l’avoir ce million…Messner et Carruthers, agents du FBI, sont dépêchés à l’hôtel d’Isarël pour le protéger.

Joe Carnahan se la joue mauvais garçon en réalisant un délire régressif et sans prise de tête. Le début, sur papier et à l’écran, surprend dans le bon sens: une dizaine de tueurs se retrouvent au même endroit et dans le même but. Sachant que le réalisateur a mis ses neurones en stand by pour ce film, ça promet du délire pur façon Tarantino. Alors oui, il y a de l’humour trash, la violence est omiprésente mais jamais gore, il y a des tueurs néonazis tarés, des prostituées, des coups de feu partout pour au final une (quasi) destruction de l’hôtel. Pas triste! Tout ça avec des couleurs criardes et dans l’optique de la pop culture. C’est divertissant, drôle, les personnages sont tous plus loufoques les uns que les autres.…Sauf qu’on a le droit à une petite baisse de régime vers la fin (dommage). Hormis le fait que la trame scénaristique s’étiole au fur et à mesure, on pourra s’interroger sur la tournure que prend le film à la fin : Mi$e à prix tournerait presque au drame vers la fin. Pas plus mal, car ce qui reste vraiment du film, c’est ce dernier plan sur le visage de Ryan Reynolds en pleurs qui a fait son choix sur le magnifique morceau de Clint Mansell : Dead Reckoning. Mais la fin déstabilise par rapport à l’ensemble de l’oeuvre: l’ambiance change carrément. On a l’impression que Carnahan ne sait plus sur quel pied dansé et tente un peu de psychologie dans un film décomplexé et libre de tout censure. Pour incarner cette palette de personnages tous plus "oufs" les uns que les autres, Carnahan tente un casting à l’opposé d’Ocean’s Eleven, mais qui est quand même le ciment du film : le beau Ryan Reynolds en tête, suivi de Ray Liotta, Ben Affleck, Jeremy Piven (génial!!), Alicia Keys, Chris Pine, Andy Garcia, Jason Bateman et un petit rôle de Matthew Fox. Plaisir garantit.

Affiche américaine. Universal Pictures

2 thoughts on “Mi$e à prix

  1. Moi j’ai pas vraiment accroché au film et je m’attendais à mieu. Le film à du mal à décoller et la fin semble interminable.

    Trés bon blog avec de bonne critiques BRAVO

  2. Ton blog est super. Bonne continuation !Enfin quelqu’un qui l’a vu. Moi j’ai vraiment adoré même s’il y a en effet un petit ralentissemnt à la fin. Mais le casting est excellent, et les frères Tremor sont vraiment cinglés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *