MR 73

Noir c’est noir, plus d’espoir

Gérald Laroche, Guy Lecluyse et Daniel Auteuil. Gaumont Distribution

Louis Schneider, flic à Marseille, tente de survivre à son passé en le (se?) noyant dans l’alcool. Justine, elle, a vu ses parents se faire sauvagement assassiné devant ses yeux par Subra, il y a 25 ans, qui doit bientôt sortir de prison. Schneider est sur la piste d’un tueur en série qui sévit depuis quelques mois dans la ville. Justine n’arrive pas à se faire à l’idée que le tueur de ses parents sera bientôt libre. Ils se rencontrent un jour.

Après le très bon 36, quai des Orfèvres, Olivier Marchal ex-flic, retrouve l’univers de la police avec MR 73. Le polar est froid, noir, d’une aprêté rare. Les thèmes chers au réalisateur sont toujours au coeur du film: obsession, auto-destruction, honneur, meurtres, corruption, violence, trahisons…Des thèmes qui sur une longue durée peinent à fonctionner. Mais c’est mal connaître Marchal qui sait de mieux en mieux les exploiter jusqu’au bout, sans concession. L’atmosphère oppressante, irrespirable est particulièrement réussie : noire, sombre, les trois quarts du films se passent sous la pluie et dans le nuit, donnant au film un cadre plutôt pessimiste voire dépressif. Les personnages sont viciés, torturés par leur passé, corrompus ou sans morale, chacun au final, n’étant pas mieux que l’autre. D’un réalisme dur et violent, MR 73 oublie de se perdre en chemin (à l’inverse de La chambre des morts, polar récent à l’atmosphère lourde), grâce à une tension dramatique omniprésente. A la traque du serial killer, Marchal préfère mettre en avant la dimension psychologique et donne à son polar français des airs de drame, rarement aussi présent au coeur des films de ce genre. On pourrait, certes, trouver le film pompeux, s’il n’y avait pas Daniel Auteuil. Lui, visage fermé, mal râsé, saoûl, hanté, est bluffant d’intériorité, rongé par son passé, frocément tragique, à travers tous les pores de sa peau. Sa présence donne au film une grande crédibilité et lui offre un beau numéro d’acteur. Face à lui, Philippe Nahon, tueur et violeur sans foi ni loi faussement reconverti dans le culte de dieu, fait froid dans le dos, incarnant un personnage d’une perversité et d’une noirceur inquiétante. Olivia Bonamy, Catherine Marchal et Gérard Laroche complètent le casting de ce film noir sous tous les aspects.

Aucun salut pour ses personnages, ça à tout l’air d’être le credo d’Olivier Marchal qui signe ici son 4e film. Dans MR 73, il tente de donner un peu d’espoir en parallèle à un dénouement tragique, même si évident. Ce qui subsiste néanmoins de la vision du film, ce n’est pas cette pincée d’espoir mais les derniers actes de Daniel Auteuil. On saluera la belle musique de Bruno Coulais et un polar français de très bonne facture qui en étonnera plus d’un.

Daniel Auteuil. Gaumont Distribution

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *