Wanted

La ligue des assassins

James McAvoy. Paramount Pictures France

Wesley Gibson est un jeune homme sans intérêt dont le travail est monotone, et dont la petite amie le trompe avec son meilleur pote. Un jour, il rencontre Fox. Celle-ci lui apprend que son père, qui l’a abandonné à la naissance, vient de mourir. Il était tueur à gages pour la Confrérie. Wesley reprend alors le travail de son père et veut le venger.

Un film qui ne fait pas dans la dentelle…Timur Bekmanbetov, le russe à qui l’on doit la trilogie Night Watch, s’exporte aux Etats-Unis pour cette parenthèse adaptée d’un comic book, Wanted. Il y est question d’assassins, de Confrérie crée il y a 1000 ans et de balles à trajectoire non-rectiligne. Forcément, beaucoup de choses sont incrédibles et l’histoire repose sur des clichés plutôt lourds (scène de fin entre Wesley et Cross) et parfois ridicules (le fait qu’on puisse lire des noms dans une toile tissée il y a 1000 ans). Mais si vous acceptez toutes ces invraisemblances, Wanted est un divertissement de bonne facture. Pas un qui fera date, mais c’est sympathique. Les scènes d’actions sont particulièrement bien réussies (là aussi, impossibles et invraisemblables, mais quel film a réussi des scènes d’actions modernes plausibles? Certainement pas le Transporteur ou Die Hard). La réalisation est correcte mais les ralentis, qui sont nombreux, d’assez mauvais goût. Si le début commence à la Matrix – un homme piégé dans son boulot monotone est contacté par une femme pour apprendre la vérité – le film souffre de plusieurs baisses de régime. Les meilleurs moments pourraient être au début, la scène du train – impressionnante- et la dernière partie du film – même si elle repose sur une aberration. On peut tout de même se poser la question de la moralité: en quoi des assassins, donc des machines à tuer, peuvent-ils faire ça dans le but de sauver le monde? La violence est banalisée et presque encouragée, notamment dans l’entraînement de Wesley qui en gros, dit que la violence engendre la violence et qu’il faut faire ceci pour le bien de l’humanité. Voir James McAvoy se faire dérouiller à coups de couteaux et de coups de poing pendant un quart d’heure, n’est pas vraiment nécessaire. Hormis le côté ultra-violent, le réalisateur peut se targuer d’avoir réalisé quelques scènes sortant de l’ordinaire et d’avoir imposer son style qui change un peu des américains. James McAvoy, avec toujours ses beaux yeux bleus, s’en sort très bien pour son premier rôle dans un film d’action, à la fois fragile et fort. Il faut dire que le pari n’était pas gagné, vu que le jeune écossais n’est pas encore très connu en France. La belle Angelina Jolie campe une Fox assassin dure et froide avec de l’humanité cachée à l’intérieur et Morgan Freeman n’a pas un rôle qui le sort beaucoup de l’ordinaire, dommage. Sinon Thomas Kretschmann, très charismatique, et Terence Stamp font partie du casting, ce qui est très bien. Peut-être que les comics sont mieux, peut-être pas, je ne peux pas juger, je ne les ai pas lu – mais tout avis est le bienvenue. Une suite serait déjà dans prévue, ce qui laisse présager à Wanted l’occasion de faire encore ses preuves…


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *