Down in the valley

Cow-boy

Evan Rachel Wood et Edward Norton. Metropolitan FilmExport

Tobe, une jeune adolescente un peu rebelle qui vit avec son père et son petit frère, rencontre Harlan, un homme plus âgé, revenu dans la vallée. Elle en tombe amoureuse. Le père de Tobe refuse que sa fille continue à le voir, mais Harlan s’y oppose.

Edward Norton n’aime pas la facilité, c’est un fait. Il le prouve une nouvelle fois dans Down in the valley avec le personnage d’Harlan, cow-boy marginal, possessif, grand enfant mais aussi étrangement…dangereux. C’est là toute l’originalité de ce drame aux allures de thriller vers la fin. David Jacobson distille une atmosphère oppressante, qui met à l’aise, parfois effrayante à cause de Harlan. On ne sait jamais ce qu’il va faire, personnage mystérieux. Le film, lent mais pas long, avance doucement vers le drame qui couve, on le sent, depuis le début. Dommage que la fin déçoive, pas très crédible et étrangement plate. Mais Down in the valley est surtout un drame fort sur un personnage inadapté au monde d’aujourd’hui, qui n’arrive pas à trouver sa place dans la société actuelle. Edward Norton, acteur parfait, et Evan Rachel Wood forment un couple très convaincant. L’excellent David Morse prouve encore qu’il est un acteur sous-estimé et c’est bien dommage. Rory Culkin est aussi très bon dans un rôle pas facile et qui aurait pu facilement virer au grand n’importe quoi. Au final, Down in the valley s’essouffle à la fin  mais ses bonnes intentions et son intelligence subtile font de lui un film d’auteur à découvrir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *