Si j’étais toi

Dans la peau de ma fille

David Duchovny et Olivia Thirlby. EuropaCorp Distribution

Samantha est une adolescente de 16 ans qui ne s’entend pas avec ses parents, un couple modèle tout ce qu’il y a de plus normal. Hannah, sa mère, décide de passer quelques jours avec elle pour lui parler, et pourquoi pas se rappocher d’elle. Mais avant d’arriver à destination, elles sont victimes d’un grave accident de la route. Toutes les deux se retrouvent à l’hôpital. Se produit alors une chose inexpliquable: en mourrant, Hannah fait passer son esprit dans celui de sa fille pour la sauver. Quand elle se réveille, Sam n’est donc plus Sam mais Hannah coincée dans le corps de sa fille, ce que Benjamin a du mal à croire…

On ne sait pas ce qu’ils ont tous, ces acteurs à vouloir passer derrière la caméra. Etre devant ne leur suffit plus, il faut en plus qu’il s’improvise réalisateur. Pour certains ça marchent magnifiquement (Ben Affleck qui a surpris tout le monde avec l’excellent Gone Baby Gone), pour d’autres ça cassent. Pour Vincent Perez, qui signe ici sa deuxième réalisation, ça passe limite. Si l’histoire est plutôt mystérieuse, elle tombe rapidement dans le déjà-vu et les clichés du genre. On baille un peu, on s’ennuie pas vraiment, même si on devine vite ce qui va arriver. Il y a pourtant de bons éléments, mais la sauce ne prend pas. Peut-être à cause du manque de finesse et même d’émotion (David Duchovny qui s’effondre à peine à la mort de sa femme). Aussi parce que c’est pas très crédible (le fait que Duchovny croit Sam rapidement). Le film effleure quelques sujets qui auraient pu être intéressants à développer (la relation Sam-Benjamin). Si j’étais toi n’est qu’un film mineur, pas vraiment indispensable, qui se laisse regarder entre potes, rien que pour la prestation impressionnante d’Olivia Thirlby (vue depuis dans Juno) qui mène à elle seule l’heure et demie. David Duchovny qui est un bon acteur n’en fait pas des caisses, peut-être aurait-il dû s’affirmer plus. Comme la réalisation de Vincent Perez.

EuropaCorp Distribution

 

 

One thought on “Si j’étais toi

  1. Assez d’accord. Incohérent mais à voir pour Olivia Thirlby, qui s’en sort magistralement bien malgré un rôle on ne peut plus casse-gueule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *