Burn After Reading

L’intelligence est relative

Brad Pitt. StudioCanal

George Clooney et Frances McDormand. StudioCanal

Osborne Cox, qui bosse comme analyste à la CIA, vient de se faire virer. Mécontent, il décide d’écrire ses "mémoires"…qui se retrouvent par erreur dans les mains de deux employés d’un club de fitness, j’ai nommé Chad et Linda. Chad est un vrai crétin, Linda veut se refaire le corps par chirurgie esthétique. Ils décident de faire chanter Cox: le CD où sont contenus des infos sur le métier de Cox contre de l’argent. Pendant ce temps, la femme de Cox envisage le divorce pour Harry Pfarrer, un marshal marié.

Enchaîner No Country for old men et Burn After Reading léserait inévitablement le second. Certes, il n’est pas aussi féroce et méchamment drôle que le premier mais il n’est pas mal dans son genre ! Oserait-on dire que c’est un film de crétins, sur "l’idiotie de notre temps", comme le dit John Malkovitch. La réalisation elle n’a rien de crétin: les Coen se moquent de leurs personnages, les placent dans les situations les plus invraisemblables mais jamais ça n’est lassant ou ennuyeux. Leur sens du décalage, leur humour noir, leur ironie, tout y est. C’est un joli régal.
Burn After Reading est une comédie décalée qui mélange quiproquos et situations folles, en se moquant ouvertement de ses personnages, tous caricaturés pour notre plus grand bonheur. La palme du personnage le plus crétin revient sans hésiter à Chad, campé par un Brad Pitt excellentissime, notamment dans la scène du chantage dans la voiture de Cox. C’est à mourir de rire. Alors oui, il faut aimer ce genre d’humour, mais sinon on marche à fond. Autant leurs précédentes comédies, Intolérable cruauté et Ladykillers, m’avaient déçu, autant celle-ci me réjouit de ses bons mots et situations hilarantes. C’est improblable, ça mélange CIA et employés d’un club de fitness, chirurgie esthétique et secrets d’état…Un cocktail détonant. Qui change des comédies à la Judd Appatow (40 ans toujours puceaux…) ou à la Ben Stiller. George Clooney, la star des stars, n’hésite pas à casser son image de beau gosse en campant un marshal crétin et dragueur. Brad Pitt est immensément drôle avec son costard cravate et son vélo. Rien que pour eux deux il faut voir le film. Frances McDormand est drôlement inspirée en hystérique cherchant à se refaire de haut en bas. John Malkovitch est énorme (dans le sens du génie, pas du poids), on l’a rarement vu comme ça. Tilda Swinton en femme aigrie un peu garce complète ce tableau de crétins. Des crétins qu’on aiment, auxquels on s’attachent (parce qu’ils font un peu pitié) et qui nous font rire malgré eux.
Ce joyeux bordel n’a pas vraiment de sens, et n’apprend rien, dit J.K Simmons à la fin. Du pur divertissement qui fait du bien au corps comme à la tête.

Affiche américaine. Working Title Films Affiche américaine. Working Title Films


Affiche américaine. Working Title FilmsAffiche américaine. Working Title Films Affiche américaine. Working Title Films


StudioCanal

One thought on “Burn After Reading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *