L’Etrange histoire de Benjamin Button

L’homme qui rajeunissait

Brad Pitt et Cate Blanchett. Warner Bros. France

Ceci est l’histoire de Benjamin Button, homme qui naquit vieillard et qui au lieu de vieillir, rajeunit anormalement. Une vie extraordinaire et marquée par des rencontres qui le sont tout autant.

Brad Pitt et Cate Blanchett. Warner Bros. France

Touché, coulé, M.Fincher. Je m’avoue vaincue. Benjamin Button est bien un émerveillement de chaque seconde, un film somptueux qui se classe parmi les classiques, d’ores et déjà.
David Fincher est un génie, comme le montre la plupart de ses précédents films, de Seven à Zodiac en passant par Fight Club.
Son tout nouveau n’échappe pas à la règle. Ce Benjamin Button est un film magnifiquement poétique sur la mort et le temps qui passe, le temps qui abîme. Pas de mélo ni de morbide, mais une histoire extraordinaire dans un monde ordinaire. Loin de tout ce qu’il a fait auparavant, Fincher conte cette histoire avec beaucoup de maturité et de justesse, en réalisant une fresque de 2h30 sur un homme qui rajeunit au lieu de vieillir. Certains trouveront cela sans intérêt voire ennuyeux, mais la force du film réside dans chaque plan, chaque minute de la vie de Benjamin. On est pris dans ce tourbillon de vie, on s’attache profondément à ce personnage rejeté qui cherche sa place. Et puis évidemment il y a cette histoire d’amour, impossible, entre Benjamin et Daisy. Leur romance a des accents de tragédie: l’un rajeunit, l’autre vieillit. Vivre ensemble, s’aimer pour toujours, comme les autres, leur est impossible et ils le savent.

Brad Pitt. Warner Bros. France

Comme écrin à cette merveilleuse histoire, David Fincher a choisit le plus beau: un film aux couleurs travaillées, assombries et dorées, aux effets spéciaux certes nombreux mais qui ne plombent pas la mise en scène, à la photographie sublime, aux décors tous plus beaux les uns les autres, tout cela porté par la musique sublime d’Alexandre Desplat. Esthétiquement, le cinéaste américain réussit un coup de maître. On est presque assommé. L’histoire, elle, s’étire des années 1928 à la Nouvelle Orléans jusqu’à nos jours, année fatidique de l’ouragan Katrina, se posant quelques minutes en Russie, à Paris, à New-York, pendant la Seconde guerre mondiale…L’Histoire pourtant, si elle est bien présente, ne prend pas toute la place: c’est avant tout l’histoire d’un homme nommé Benjamin Button. Dans ce foisonnement d’images toutes plus belles les unes que les autres, plusieurs personnes croisent la route de Benjamin, influent sur sa destinée et sur ce qu’il est. Son père qui l’abandonne à sa naissance, Queenie, jeune femme noire qui le recueille dans la maison de retraite dont elle s’occupe, Capitaine Mike un artiste marin, Elizabeth Abbott dont il tombe amoureux…

Brad Pitt et Cate Blanchett. Warner Bros. France

La mort, omniprésente, est là, dès le début. Elle fait partie de la vie et il faut l’accepter. Autour de soi les gens meurent, et il faut savoir le surmonter. La vie de Benjamin Button est marquée de morts, et pourtant, il ne baisse pas les bras, se relève. Continue son chemin, hors du commun. "You never know what’s coming for you", lui dit Queenie, sa mère adoptive. Et en effet, son destin ne cessera de surprendre. On ne saurait en dire plus, de peur d’en dire trop. Les acteurs, eux sont tous excellents, avec une belle mention à Taraji P.Henson. Quant à Brad Pitt et Cate Blanchett que dire? Que dire de leur grâce, de leur envoûtant duo, de leurs performances subtiles et prenantes ? Brad Pitt n’est plus juste une "belle gueule". Il n’hésite pas à s’enlaidir, se vieillir, devenir un vieil homme, il n’a pas peur du temps et ça ne le rend que plus beau, même avec des cheveux blancs et des rides. Brad Pitt est un acteur, ce qu’on répète depuis des années, mais ce que quelques personnes découvriront seulement maintenant. Cate Blanchett est superbe et gracieuse, elle aussi, marquée par le temps sans en rougir. Ils se déguisent, se maquillent, ils sont des acteurs, tout simplement.

On pourrait remplir des pages d’analyse sur L’Etrange histoire de Benjamin Button, ou le destin d’un homme né vieux qui vit sa vie à l’envers. Après une seule vision, difficile de toute repérer, de tout noter, de voir chaque détail. Pourtant ce qui saute bien aux yeux et la qualité implacable du film de David Fincher, qu’on peut aisément qualifier de chef d’oeuvre. Un vrai, un beau. Ce drame sur la mort et le temps est une magnifique leçon de vie, d’espoir et d’amour, même si douloureux, même si sacrifié. La dernière demi-heure est la plus poignante d’émotion. Les 2h35 du film sont sans doute les plus belles du mois, peut-être de l’année. D’ores et déjà, on peut dire que Benjamin Button est un bijou qui va marquer d’une croix l’année 2009, et pourquoi repartir avec des Oscars. Mais pour vous faire un avis, un seul conseil: précipitez-vous y. On ne sait pas ce qui nous attend, mais il est sûr qu’il faut le voir. Ne serait-ce que pour partager la vie de cet homme extraordinaire.

Warner Bros.

 

3 thoughts on “L’Etrange histoire de Benjamin Button

  1. J’adore ton blog, ca fait quelques mois que je l’ai découvert, t’as de très bon goût, j’adore les films que tu as vu! je suis un grand fan de Garden State et de Zach!! Into the Wild est du meme niveau 🙂 !! J’ai pas encore vu Benjamin Button (samedi), mais je pense que je vais aimer, on m’en dit que du bien!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *