In the Air

Clooney se perd dans les airs

Anna Kendrick et George Clooney. Paramount Pictures France

George Clooney et Vera Farmiga. Paramount Pictures France

Ryan Bingham est un spécialiste des licenciements. Sa boîte l’envoie à travers l’Amérique pour qu’il licencie les employés que le patron n’a pas le courage de licencier lui-même. Passant sa vie dans les airs, il refuse tout attachement et engagement (famille, amour, enfants…). Jusqu’au jour où arrive dans sa vie Natalie, jeune femme qui vient d’arriver dans la boîte et décide de tout remettre en cause, ainsi que Alex, dont il tombe amoureux. 

Après Thank you for smoking et Juno, l’excellent Jason Reitman ("le fils de" qui a réussit avec brio à faire son trou) revient avec In the Air, une comédie dramatique sur un homme qui a passé sa vie…dans les airs. En effet, Ryan Bingham, notre héros, n’a ni enfant, ni femme, et ses voyages à tel point qu’il collectionne les miles (Son rêve? Atteindre les 10 millions de miles) et a perdu tout contact réel et proche avec sa famille. Et puis il y a deux femmes, qui vont à leur manière changer sa vie. C’est un film sur la solitude moderne – entouré mais seul – et sur la peur de l’engagement. Ryan Bingham ressemble d’ailleurs à la perfection à son interprète, George Clooney, qui livre ici une de ses plus belles performances. Au début, le film est un rien cynique et réalise un portrait de notre société sans fioriture et dans l’air du temps (les licenciements suite à la crise…). Et puis Ryan commence à prendre conscience que le bonheur, c’est à deux qu’on le construit. Que c’est en ouvrant son cœur aux autres que l’on vit réellement et que l’on construit ses plus beaux souvenirs. Là, In the Air devient plus classique, moins surprenant, mais sans lasser le spectateur. Après tout, c’est l’histoire d’un homme obligé de s’adapter à la réalité moderne, et qui accepte de s’attacher. Si le film a des accents de comédie, il n’en demeure pas moins très triste vers la fin. Car Reitman prend le contre-pied de ce que l’on attendait. Il n’y aura pas de happy-end, il n’y aura pas de "ils vécurent heureux…" et Ryan repartira aussi seul qu’il était en arrivant. Cette fin, bien qu’elle soit amère, n’en demeure pas moins un joli coup d’éclat pour ce film qui va jusqu’au bout sans se sacrifier aux sirènes hollywoodiennes. Pour son 3e long, Reitman a réunit une pléiade d’acteurs au côté de George Clooney: Anna Kendrick, Vera Farmiga, Jason Bateman, J.K Simmons, Danny R. McBride, Melanie Lynskey et Zach Galifianakis. Un casting impeccable pour un joli film, agréable et tendre, porté un Clooney en grande forme.

Paramount Pictures France

 

2 thoughts on “In the Air

  1. Un film mêlant satire sociale et comédie romantique. Et même si l’équilibre entre ces deux genres est parfois un peu précaire, Jason Reitman évite l’écueil de la fin artificiellement heureuse, où tout le monde se rachèterait une âme grâce à l’amour, dans une effusion de bons sentiments horripilante… D’où la réussite de cette comédie acerbe, servie par des réparties réjouissantes et une interprétation brillante de George Clooney.

  2. magnifique critique… je n’avais pas vu que cela traiter de la solitude moderne, en tout cas c’est très bien dit 🙂 j’ai adoré le film, Georges Clooney mérite l’oscar !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *