Le Portrait de Dorian Gray

Dorian Gray, beau jeune homme vertueux, débarque à Londres. Basil, un peintre, se prend d’affection pour lui et décide de peindre son portrait. Mais sous l’influence de Lord Henry Wotton, Dorian passe un pacte avec le diable. Son âme contre sa beauté et sa jeunesse. C’est son portrait qui vieillira à sa place. Au fil des années, le tableau s’enlaidit montrant la véritable nature de Dorian, devenu un monstre sans cœur.

Après avoir partagés l’écran avec Un mariage de rêve, Ben Barnes et Colin Firth se retrouvent dans Le Portrait de Dorian Gray. Mais cette fois-ci, l’heure n’est plus aux rires ni sourires, mais bien au drame, celui de Dorian Gray, jeune homme passant un pacte avec le diable: son portrait vieillira à sa place. Difficile d’adapter le grand chef d’oeuvre d’Oscar Wilde, son unique roman, Le Portrait de Dorian Gray. Oliver Parker tente tout de même l’aventure. En résulte, un film sans saveur, fade, contrairement au roman, dépouillée de sa profondeur et complexité psychologique et des envolées philosophiques de Wilde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *