Le Médecin de famille

Lucia Puenzo aime les univers troubles. En adaptant au cinéma son roman Wakolda (Le médecin de famille en France), elle filme un homme, un médecin allemand, qui s’installe dans l’hôtel qu’une famille argentine tient en Patagonie en 1960. Celui-ci s’immisce petit à petit dans cette famille tranquille et va s’intéresser plus particulièrement à Lilith, leur fille de 12 ans qui est plus petite que son âge. Sauf que la famille est en danger, puisque ce médecin est un des plus dangereux criminels de guerre nazi…

La jeune réalisatrice filme à hauteur d’enfant, c’est là la beauté de son cinéma. Dans XXY, elle nous montrait une jeune adolescente qui cache un lourd secret (elle est hermaphrodite). Ici, elle se concentre principalement sur Lilith, pré-adolescente coincée dans le corps d’une enfant, qui découvre ici ses premiers émois amoureux, moquée par ses camarades de classe car plus petite que la normale (donc différente) et fascinée par cet homme, Josef Mengele. Sans rien savoir du danger qui la guette, elle accepte de suivre un traitement pour accélérer sa croissance et devenir un “cobaye” du médecin. Si Mengele a vraiment existé, Lucia Puenzo invente sa rencontre avec cette famille argentine. Et comment celui-ci, obsédé par la perfection et le fantasme de la race aryenne, aurait pu observer ces êtres comme des rats de laboratoire et de se lancer dans la production de poupées “parfaites” (on sait tout de même que Mengele est réellement allé à Bariloche et y a conduit des expérimentations sur des animaux et femmes enceintes). Seules Lilith et sa mère ont confiance en cet homme, alors que le père est très vite méfiant ainsi que Nora, bibliothécaire-photographe. On découvre également que l’Argentine était dans les années 60 un lieu plutôt “tranquille” pour les nazis car protégés par des réseaux et une population allemande.

La relation entre Lilith et Josef est le point fort du film. Ils s’attirent et se fascinent, Mengele voulant rendre la jeune fille “parfaite” (ici, la faire grandir), tout comme sa poupée Wakolda (la visite de l’usine à poupée est une sorte de cauchemar éveillé ressemblant étrangement aux camps de concentration). Lilith sent bien que cet homme est trouble, mais elle se laisse faire, elle prend ses “médicaments” en espérant grandir pour devenir ce que la société (les autres enfants) et lui, Mengele, voudrait qu’elle soit.

Lucia Puenzo signe un bon film, un thriller tendu porté par des acteurs excellents (Alex Brendemühl, Natalia Oreiro, Florencia Bado…). Seul petit point noir, selon moi : la réalisatrice reste assez évasive sur le personnage de Mengele (qui donne évidemment un autre nom à la famille) pour accroître la tension et ne dit jamais réellement qui il est (bien que l’on comprenne dans les grosses lignes d’où il vient et ce qu’il a fait). Donc, quand on ne connaît pas Josef Mengele on a parfois un peu du mal à saisir la monstruosité et l’atrocité de cet homme. A part ça, très bon long-métrage, preuve de l’excellente santé du cinéma argentin !

Dvd reçu dans le cadre de l'opération Dvdtrafic par Cinetrafic. Encore une fois, merci !

Le Médecin de famille de Lucia Puenzo

Sortie en DVD le 7 mars

Distributeur Pyramide Films (leurpage Facebook)

Visitez Cinetrafic, vous y trouverez les meilleurs films 2014 ainsi que la catégorie dessin animé 2014.

Le Médecin de famille

One thought on “Le Médecin de famille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *