Il était temps

 

il-etait-temps_6hxpt_2v8jur

Richard Curtis (Notthing Hill, 4 mariages et un enterrement) est un peu un magicien. D’ailleurs Domhnall Gleeson et Bill Nighy en font les frais dans son dernier film en date, Il était temps, sorti sur les écrans en 2013. En effet, pour ses 21 ans, Tim apprend par son père qu’il a désormais un pouvoir – comme tous les membres masculins de la famille – à savoir pouvoir voyager dans le temps (il y a évidemment des règles, seulement revenir dans le passé, à des endroits connus, etc). Tim y voit le moyen d’arriver à ses fins, c’est à dire, de trouver l’amour. Mais il se rend rapidement compte qu’on ne peut forcer quelqu’un à vous aimer et que le temps n’y change rien. Le cœur amoché, Tim se rend donc dans la capitale pour trouver du travail dans un cabinet d’avocat, bien décidé à rencontrer la femme de sa vie. Et voilà qu’un soir il rencontre la belle Mary. Mais rien ne se passe comme prévu.

Si le film se présente comme une jolie romance fantastique, les thèmes abordés sont plutôt sombres : le temps qui passe, le deuil, les regrets. Mais le réalisateur de l’excellent Good morning England est décidément très bon scénariste. Il n’y a là ni sentimentalisme lourd, ni niaiseries mais de l’émotion, de l’amour et de l’humour. C’est bien écrit, intelligent, et très bien joué. Les acteurs sont formidables (Rachel McAdams, Bill Nighy, Lindsay Duncan, Tom Hollander, Margot Robbie), dont le jeune Domhnall Gleeson qui prouve ici qu’il est tout à fait capable de porter un (bon) premier rôle sur ses épaules.

Il était temps est une réussite, parce qu’il a su mêler romance et thèmes plus profonds comme le temps qui passe. Beaucoup ont tenté d’en parler mais peu ont su toucher autant, avec simplicité et tendresse. On a hâte de voir le prochain film du cinéaste britannique !

il-etait-temps-photo-2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *