X-Men : Days of Future Past – The Rogue Cut

 

x-men-days-of-future-past-cast

Ayant beaucoup apprécié le film lors de sa sortie cinéma, j’ai tenté la nouvelle version du film qui vient de sortir en Dvd et Blu-ray : The Rogue Cut. Soit une quinzaine de minutes supplémentaires mettant en scène Malicia (Rogue en version originale) qui avaient été coupées au montage. Si ces nouvelles scènes ne bouleversent pas le film ni son déroulement, il est néanmoins agréable de retrouver le personnage de Malicia, que l’on avait seulement entraperçu à la toute fin du film.

Le film en lui-même reste très bon. Bryan Singer continue l’excellent travail que Matthew Vaughn avait commencé dans X-Men : Le Commencement (sortie en 2011). A savoir le rajeunissement de la saga tout en conservant dynamisme, nouveaux héros (et retour d’anciens que l’on est ravi de retrouver), la patte « rétro » et un scénario bien ficelé. Rappelez-vous dans le premier film de cette nouvelle trilogie, on découvrait la jeunesse de Charles Xavier et Erik  Lehnsher, tous deux amenés à devenir quelques années plus tard Professeur X et Magnéto. Dans ce nouvel opus, Bryan Singer mélange passé et futur : on se retrouve dans le futur, auprès de jeunes X-Men (Kitty, Bobby…) qui luttent pour sauver leur peau alors que des Sentinelles, des machines de guerre destructrices, tentent de les décimer. Professeur X et Magnéto décident d’envoyer Wolverine dans le passé (peu après les événements de X-Men : Le Commencement) : sa mission sera de changer le cours des événements, un jour bien précis, pour que cette guerre qui détruira plus tard tous les X-Men n’arrive pas.

Un divertissement bien mené, alternant passé et futur, introduisant de nouveaux personnages (Quicksilver excellent) et retour d’anciens X-Men (Tornade, Kitty, Bobby, Malicia, Wolverine…). On en apprend plus sur Mystique, au centre de l’histoire, et sur ses relations avec Erik, Charles et le Fauve. Il y a toujours de l’action et de l’humour, comme dans l’ancienne trilogie, mais avec un côté drama bien écrit. Peut-être est-ce la faute à Michael Fassbender et James McAvoy, grands acteurs habitués au cinéma indépendant, qui insuffle une nouvelle dimension à cette trilogie. Ils apportent un cachet « indie », classe et sombre. Ce qui me fait ciller dans ce film, c’est la résolution de l’intrigue, que je trouve bien trop facile : en changeant le cours du temps, Wolverine sauve les X-men et empêche ce futur tragique d’arriver. Et donc, à priori (sauf si erreur de ma part), cette résolution efface (au moins) le dernier X-Men de l’ancienne trilogie. Certes, celui-ci était mauvais, mais là, c’est assez clair que le distributeur souhaite en refaire un reboot.

J’ai hâte de découvrir le prochain X-Men, intitulé sobrement Apocalypse, et de voir ce que Bryan Singer va faire de nos héros. On sait déjà que nous allons croiser les jeunes Jean Grey et Cyclope et que Oscar Isaac sera le grand méchant. En salles le 18 mai 2016.

X-Men-Days-of-Future-Past-Rogue-Cut-Cover-Art

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *