Midnight Special

midnight 1

Un enfant, Alton, et son père, Roy, fuient les fanatiques d’une secte et la police. Aidés d’un policier, ils vont tout tenter pour rejoindre une destination qui risque bien de changer le cours de leurs vies. Car Alton n’est pas un enfant « normal », mais est doté de capacités surnaturelles…

Jeff Nichols est un grand cinéaste en devenir. Après les excellents Take Shelter et Mud, il se tourne vers la science-fiction et réalise un beau film dans la tradition du genre. Nourri par de nombreuses influences (Spielberg et ses Rencontres du 3e type, Le Village des damnés et les films de Carpenter…), il nous plonge dans une histoire fantastique, merveilleuse, mais réaliste.

Tourné en pellicule, Midnight Special est sublime. Le film est sans hésiter plus versé dans l’introspection des personnages, dans le drame intimiste que dans l’action pure et dure. Il y en a d’ailleurs très peu. Quant au scénario, s’il est moins disert que ces précédents films, c’est que Jeff Nichols a souhaité resserrer l’intrigue au maximum, jouant sur les ellipses (le film dure 1h51) et privilégier la forme. Sorte de road-movie hypnotique, Midnight Special séduit par sa mise en scène très travaillée, une musique de film envoûtante, une photographie qui plonge le spectateur dans une ambiance fantastique. Sur le fond, Nichols puise dans les thématiques qui lui sont chères : la différence chez ses personnages principaux (on se rappelle du père de famille dans Take Shelter qui pensait devenir fou – rêve ou réalité ?) et surtout la famille. Ce qui intéresse le réalisateur, c’est cette histoire d’amour entre des parents et leur fils : ils sont prêts à tout pour le protéger, l’emmener à l’endroit indiqué par l’enfant, prêt à accepter de le laisser partir, à se séparer de lui pour son bien. Cette métaphore de la séparation entre des parents et leur enfant, de ce moment douloureux où le père (et/ou la mère) comprend qu’il ou elle ne pourra pas le protéger, est terriblement émouvante. L’enfant, vu à la fois comme messie et arme, trace sa propre voie vers sa destinée, la figure du père dans l’ombre, prêt à bondir au moindre danger. L’angoisse du parent, cette terrible angoisse qui étreint quand son enfant est en danger, est oppressante et même temps touchante. Ce conte SF sur la filiation est porté par un formidable duo : le grand Michael Shannon et le jeune Jaeden Lieberher, entourés par Joel Edgerton, Adam Driver (excellent en spécialiste de la NSA) et Kirsten Dunst.

Midnight Special est un film puissant car chacun le lira comme il le souhaite, notamment la fin du film, ouverte aux croyances de chacun. Intelligent et poétique, le nouveau long-métrage de Jeff Nichols s’approprie les codes du genre pour mieux les détourner (comme le film catastrophe avec Take Shelter). Un réalisateur qui ne cesse de s’interroger sur le monde qui nous entoure et notre société actuelle. Bluffant.

midnight 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *