Quand on a 17 ans

quand on a 17 ans1

« On est pas sérieux quand on a 17 ans » écrivait Rimbaud en 1870. Pourtant chez André Téchiné, les adolescents sont sérieux, la chair est troublante et les corps marqués de coups. De coups, car Damien et Tom se battent régulièrement, sans explication. La violence est au coeur de leur relation, leur moyen de communiquer, d’appréhender le corps de l’autre.

Quand on a 17 ans est une histoire de corps, une histoire de désirs, une histoire de souffrances. Tous imbriqués, comme s’il ne pouvait y avoir de désirs sans souffrances, le corps écartelé entre ces deux sentiments violents. Quand on a 17 ans se déroule sur une année scolaire et prend place dans une petite ville des Pyrénées. Damien vit avec sa mère, médecin. Son père est militaire, la plupart du temps en mission. Tom vit dans une ferme au fin fond de la montagne avec sa famille adoptive. Les décors enneigés dans lesquels évoluent les personnages sont superbes et donnent l’impression d’une sérénité, sérénité que ne partagent pas Damien et Tom, qui se battent parce qu’ils « ne s’aiment pas, c’est tout » dixit Damien. C’est grâce à Marianne, la mère de Damien (formidablement interprétée par la grande Sandrine Kiberlain), que les deux ados vont se retrouver à devoir cohabiter. Le duo devient trio, étrangement. Marianne apporte un certain équilibre à cette relation forte et violente, elle est une confidente, une amie, une figure maternelle mais aussi plus tard, un corps en souffrances, à consoler après une tragédie. Elle est surtout celle qui les accompagnera sur le chemin de la compréhension d’eux-mêmes, à la découverte de leur vérité.

Pour écrire le scénario, André Téchiné a fait appel à Céline Sciamma (Naissance des pieuvres, Tomboy, Bande de filles), une jeune cinéaste bien habituée à filmer les corps adolescents et leurs troubles. En résulte, un scénario écrit à quatre mains passionnant, pour un film moderne, dépouillé, vibrant. Aux longs dialogues, ils ont préférés les silences et Téchiné filme avec pudeur les corps et les regards. Et pour incarner dans la chair Damien et Tom, un inconnu (Corentin Fila) et un jeune acteur (Kacey Mottet Klein, vu dans L’enfant d’en haut ou encore Gemma Bovery). Leur naturel est impressionant, leurs troubles et hésitations touchants. Ces deux quasi-inconnus ici au premier plan devraient avoir une belle carrière devant eux.

A 73 ans, André Téchiné signe un film sublime sur l’adolescence et ses premiers amours, un film plein de vie, qui conjugue désirs et souffrances. Un grand moment de cinéma.

quand on a 17 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *