Love & Friendship

lovefriendship1

Angleterre, fin du XVIIIe siècle : Lady Susan Vernon est une jeune veuve dont la beauté et le pouvoir de séduction font frémir la haute société. Sa réputation et sa situation financière se dégradant, elle se met en quête de riches époux, pour elle et sa fille adolescente. Épaulée dans ses intrigues par sa meilleure amie Alicia, une Américaine en exil, Lady Susan Vernon devra déployer des trésors d’ingéniosité et de duplicité pour parvenir à ses fins, en ménageant deux prétendants : le charmant Reginald et Sir James Martin, un aristocrate fortuné mais prodigieusement stupide…

Jane Austen n’est pas morte ! Le rare Whit Stillman (cinq films en 25 ans) adapte sa nouvelle, Lady Susan, la dernière oeuvre de l’écrivaine, mais aussi sa plus cynique et mordante. Et commençons par un constat : Kate Beckinsale est époustouflante et tient ici son meilleur rôle. Elle interprète une Lady Susan peste et perverse, délicieuse par ses bons mots, son esprit, sa cruauté, ses sarcasmes. Une héroïne qu’on adore détester, une femme sublime qui rêve de liberté et qui lutte contre le temps qui passe, l’ennui, la morale bien-pensante en manipulant son entourage. L’actrice connue pour son rôle dans Underworld porte très bien le corset et se révèle brillante dans cette adaptation classique mais pas trop : les personnages sont présentés au fur et à mesure par des sous-titres humoristiques, la mise en scène est dynanmique, les situations s’enchaînent, vaudevillesques à souhait, pleines d’intrigues et de trahisons. Un soap opera revu par Jane Austen grinçant et cinglant, extrêmement drôle et porté par des acteurs excellents. On en gardera pas un souvenir impérissable mais on passe un très bon moment en la compagnie de ces aristos anglais !

lovefriendship

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *