I Origins

iorigins1

iorigins2

Enfin ! Depuis septembre 2016 vous pouvez découvrir l’énigmatique film de Mike Cahill (à qui l’on doit Another Earth), soit deux ans après sa sortie (plus que confidentielle) en salles. Et c’est un vrai bonheur que de pouvoir enfin voir ce très beau film, I origins (jeu de mot sur « eye » pour « I »), qui oppose croyances spirituelles et scientifiques, raisons et sentiments. Ca commence sur une rencontre, entre Ian Gray, un scientifique athée qui s’intéresse aux yeux, et Sofi, jeune mannequin, qui elle, aime le mysticisme et la spiritualité, croire à l’impossible. Quand ils se rencontrent Ian ne voit que ses yeux, la belle étant déguisée et masquée, des yeux magnifiques possédant plusieurs couleurs (c’est l’hétérochromie). Il les prend en photos, puis la jeune fille s’échappe. Mais le destin (ou les chiffres et la persévérance dirait Ian) fait se croiser à nouveau Ian et Sofi et une belle histoire d’amour commence. Mike Cahill, à l’instar de Drake Doremus dans Like Crazy, filme avec beauté, réalisme et émotion l’intimité d’un couple, les petits riens qui construisent une relation amoureuse sur la durée. En parallèle, Ian décide de découvrir l’origine de l’oeil pour ainsi prouver qu’il n’y a pas de réincarnation, comme certaines cultures et religions le croient. C’est aussi dans ce laboratoire froid et blanc (à l’opposé de l’appartement de Sofi) qu’apparaît Karen, l’assistante de Ian, aussi blonde que Sofi est brune, son exact opposé et la troisième pièce de ce triangle. Karen est une scientifique qui pousse Ian à persévérer dans ses recherches sur l’origine de l’oeil ; Sofi est la fantaisie, la légèreté, la spiritualité, la foi. Deux femmes qui vont faire basculer le destin et les travaux de Ian et lui faire découvrir que sciences et croyances religieuses peuvent cohabiter. Après un incident malheureux qui arrive avec une violence folle dans la construction de l’histoire, on pourrait penser que l’intrigue ne suivrait pas, mais au contraire le film se renouvelle et une touche de fantastique apparaît. Mike Cahill pousse Ian à s’ouvrir à d’autres idées, l’envoie en Inde, pays très croyant où l’âme est très importante. Je ne vous en dirai pas plus, mais je vous conseille ce très beau film, imparfait par moment (quelques incohérences, parfois un peu trop démonstratif et appuyé, une fin pas assez développée) mais porté par une belle musique (Will Bates et Phil Mossman) et des acteurs passionnés et inspirés : Michael Pitt, parfait, sobre, émouvant ; Brit Marling itou, et la très belle Astrid Bergès-Frisbey, jeune actrice française, charismatique et fascinante.

Dvd reçu dans le cadre de l’opération Dvdtrafic par Cinetrafic.

I Origins de Mike Cahill
Edité par Koba Films (page FB) – Date de sortie en dvd : 7 septembre 2016
Retrouvez d’autres films sur Cinetrafic :
http://www.cinetrafic.fr/film-2017
http://www.cinetrafic.fr/meilleur-film-science-fiction-2016

iorigins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *