La Villa

Dans une calanque près de Marseille, au creux de l’hiver, Angèle, Joseph et Armand, se rassemblent autour de leur père vieillissant. C’est le moment pour eux de mesurer ce qu’ils ont conservé de l’idéal qu’il leur a transmis, du monde de fraternité qu’il avait bâti dans ce lieu magique, autour d’un restaurant ouvrier dont Armand, le fils ainé, continue de s’occuper. Lorsque de nouveaux arrivants venus de la mer vont bouleverser leurs réflexions…

C’est un film qui a la nostalgie et la mélancolie du temps passé, c’est un film qui parle d’espoir et de futur. La Villa raconte la mort, le deuil, l’amour, la famille, le pardon, la vie. C’est un film magnifique, bouleversant. Cela faisait longtemps que je n’avais pas autant pleuré dans une salle de cinéma. Comment rester de marbre face à un cinéma aussi humaniste, aimant, généreux ? Face à ces frères et soeurs, Angèle, Joseph et Armand (Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin et Gérard Meylan, parfaits), qui se retrouvent auprès de leur père gravement malade ? Le cinéaste marseillais retrouve son terrain de jeu préféré (Marseille et ses calanques), ses acteurs fétiches, et bien entendu, les thématiques qui lui sont chères. Robert Guédiguian a le talent de savoir bouleverser le spectateur en quelques plans, en peu de mots. Son cinéma, simple, économe, élégant, touche droit au cœur. Evidemment, il y a quelques facilités scénaristiques : les jeunes migrants que nos protagonistes découvrent sont, à leur image, une soeur et deux frères, mais qu’importe. La Villa est un grand film car il interroge sur le monde actuel, prônant des valeurs telle que la solidarité, qui pourront paraître à certains vieillottes et dépassées. En finissant sur de l’espoir, il évite avec brio misérabilisme et pessimisme. Une leçon de cinéma et d’humanité.

One thought on “La Villa

  1. Un très beau Guédiguian, familial à souhait et émouvant. L’utilisation du problème des migrants, sujet d’actualité, est en effet un peu facile mais il y a le cercle restreint de la famille ET le monde autour. Les sentiments et émotions n’ont pas de frontières et l’un peut révéler l’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *