Un homme intègre

Reza, installé en pleine nature avec sa femme et son fils, mène une vie retirée et se consacre à l’élevage de poissons d’eau douce. Une compagnie privée qui a des visées sur son terrain est prête à tout pour le contraindre à vendre.  Mais peut-on lutter contre la corruption sans se salir les mains ?

Récompensé par le Prix Un Certain Regard au dernier Festival de Cannes, Un homme intègre de Mohammad Rasoulof – menacé de prison par le gouvernement iranien – raconte de manière implacable comment un homme et sa famille se retrouvent plongés dans la tourmente de la corruption. Ceux qui aiment le cinéma d’Asghar Farhadi devraient apprécier ce film. Les thématiques se ressemblent, les personnages aussi. Comment rester droit, honnête, intègre, face à un gouvernement corrompu, dans lequel la justice ne prévaut plus ? Il y a quelque chose de terriblement triste à voir cet homme se débattre, essayer d’être fidèle à ses valeurs quand on sait qu’en face, la corruption et l’injustice sont les maîtres. C’est une oeuvre importante, courageuse, passionnante, qui dévoile sa complexité et sa richesse durant 2 heures. La sécheresse et la froideur du montage permettent à Mohammad Rasoulof de raconter la réalité de son pays, sans s’égarer. Le résultat est glaçant, mais prive un peu d’émotions le spectateur. Mention néanmoins aux acteurs principaux, Reza Akhlaghirad et Soudabeh Beizaee, parfaits, qui évitent la surenchère. Un grand film.

One thought on “Un homme intègre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *