My Wonder Women

Professeur de psychologie à Harvard dans les années 30, William Marston mène avec sa femme les recherches sur le détecteur de mensonges. Une étudiante devient leur assistante, et le couple s’éprend de la jeune femme. Un amour passionnel va les lier, et ces deux femmes deviennent pour Marston la source d’inspiration pour la création du personnage de Wonder Woman.

A l’heure où les super-héros n’ont jamais été autant présents sur les écrans, Angela Robinson réalise un biopic sur William Marston, créateur de Wonder Woman. Si le film est souvent maladroit (le vieillissement des personnages raté, voire inexistant et donc ridicule), il se révèle riche en informations sur la création de la super-héroïne la plus connue du monde. La vie passionnante de Marston aurait mérité un film sulfureux, vibrant, intense, mais on a l’impression que la réalisatrice n’ose pas aller jusqu’au bout. Film trop académique, ce qui est un comble pour un homme qui a vécu un amour passionnel avec deux femmes, un ménage à trois avant-gardiste, et qui s’est initié au bondage et au SM (on réalise le lien avec le lasso de Wonder Woman). Il faut dire que Luke Evans est certes beau mais il n’a que très peu de charisme ce qui n’aide pas à mettre en scène ce personnage fascinant. En revanche, le casting féminin redresse la barre. Il se compose de deux actrices excellentes : Bella Heathcote et Rebecca Hall, second rôle qui mériterait d’être au premier plan. Angela Robinson montre en parallèle de la vie de Marston des extraits du comics mais ne creuse pas plus les liens entre l’héroïne et son créateur. Dommage. Il y a un fort potentiel mais ce biopic reste trop classique, trop gentillet, et survole des thématiques très intéressantes comme l’amour libre, le féminisme, la morale de l’époque, le sexe. On attend un grand film sulfureux sur la vie passionnante de Marston et ses deux Wonder Women.

Dvd reçu dans le cadre de l’opération Dvdtrafic organisée par Cinetrafic
My Wonder Women d’Angela Robinson
Edité par Sony Pictures France : le site et la page Facebook.
En achat digital et VOD le 20 août.
Retrouvez sur Cinetrafic :
les meilleures héroïnes
petit retour sur le meilleur du cinéma en 2017

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *