A la dérive

 

Baltasar Kormákur (cinéaste islandais à qui l’on doit Everest) livre un divertissement honnête tiré d’une histoire vraie. L’histoire de Tami et Richard, un jeune couple convoyant un bateau à travers le Pacifique qui se retrouve pris au piège dans un terrible ouragan. Une fois la tempête passée, Tami se réveille sur le bateau en partie détruit, son fiancé gravement blessé. Elle va tout faire pour rejoindre la terre ferme et sauver celui qu’elle aime. Il n’y a rien de transcendant, ni de bien original dans ce drame romantique qui plaira aux adolescents, mais le cahier des charges est rempli et A la dérive (Adrift en vo) se laisse regarder sans déplaisir. La réalisation, classique, alterne scènes du présent et du passé (se concentrant sur l’histoire d’amour, à l’eau de rose), mais ce sont surtout les scènes de tempête en pleine mer qui sont impressionnantes. Ce film de survie dans la lignée de All is lost (2013) arrive à capter suffisamment l’intérêt du spectateur pour que celui-ci s’interroge sur le destin des personnages. Après une scène d’introduction captivante, il est dommage que le cinéaste axe son film sur l’histoire d’amour, terriblement mièvre, voire indigeste. Heureusement, l’actrice principale Shailene Woodley est plutôt convaincante en jeune femme courageuse luttant pour sa (leur) survie.

Dvd reçu dans le cadre de l’opération Dvdtrafic organisée par Cinetrafic
A la dérive de Baltasar Kormákur
Edité par Metropolitan Filmexport (le site et la page Facebook)
En DVD, Blu-Ray et VOD depuis le 7 novembre

Retrouvez également sur Cinetrafic :
les meilleurs films avec de l’amour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *