Mystic River

On enterre nos péchés, on ne les efface pas

Sean Penn, Laura Linney et Kevin Bacon. Warner Bros. France

Sean Penn. Warner Bros. France

Lorsqu’ils étaient gamins, Dave Boyle se fait enlèver devant les yeux de Sean Devine et Jimmy Markum, ses meilleurs amis. Quatre jours plus tard, il arrive à échapper à ses ravisseurs mais en gardent des séquelles (psychologiques) importantes. Des années plus tard, les trois garçons ont suivit chacun des voies différentes: Sean est devenu flic, Jimmy est père de famille ayant fait de la prison et Dave s’est marié tard, trop replié sur lui-même. Tous trois se retrouvent lorsque la fille aînée de Jimmy est sauvagement assassiné.

Je viens de le revoir, l’ayant eu en dvd, et une seule chose à dire: il est toujours aussi excellent. Clint Eastwood a qui l’on doit de nombreux grands films (Million Dollar Baby et L’Echange, pour ne citer qu’eux) avait réalisé en 2003 un grand polar psychologique sur la perte de l’innocence enfantine, la vengeance et l’ambivalence des êtres. La réalisation sobre est au diapason d’un film sombre, se déroulant dans une banlieue grisâtre où le meurtre inexpliquable d’une jeune fille bouleverse l’existence de plusieurs personnes. Derrière l’enquête policière se dessine l’ombre de l’enfance des trois personnages principaux, et cette voiture parti avec l’un d’eux. Comme le dit Jimmy (Sean Penn), la dernière fois qu’il a vu Dave Boyle c’était il y a des années dans cette voiture. Il n’en est jamais vraiment revenu (mentalement). Eux non plus en un sens. L’intrigue tortueusement nouée ne laisse filtrer la vérité qu’à la fin, tenant le spectateur en haleine sur plus de 2 heures. Le constat est marquant. Le film est dérangeant, beau dans son esthétisme et son traitement des personnages et la vision d’une ville typiquement américaine aux personnages ambiguës, traînant derrière eux de lourds fardeaux. Sean Penn, Tim Robbins et Kevin Bacon dans les principaux rôles sont excellents, comme le reste du casting. Sean Penn et la douleur d’un père à qui l’on a volé sa fille, Sean Penn et ses yeux bleus, Sean Penn et sa vengeance impitoyable. Il est le pendant de Tim Robbins, bouffé par les ombres du passé, instable, dangereux, mais douloureux. Avec Mystic River, cette rivière dans laquelle on enterre ses péchés, dans laquelle on lave ses mains rouges de sang, Clint Eastwood laisse sa marque dans le film noir (adapté d’un roman de Dennis Lehane) en y livrant un petit bijou d’or fin. Eastwood est un orfèvre de premier choix, comme il ne cesse de le montrer de films en films.

 Warner Bros. France

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *