Les trois prochains jours

Russell Crowe. Metropolitan FilmExportElizabeth Banks et Russell Crowe. Metropolitan FilmExport

John et Lara vivent heureux avec leur fils jusqu’au jour où Lara est accusée de meurtre, meurtre qu’elle nie avoir commis. Pendant 3 ans, John garde espoir de faire sortir Lara de prison en prouvant que sa femme n’est pas une meurtrière, mais leur dernière tentative d’appel échoue. Après que sa femme est tentée de se suicider, John décide qu’elle ne peux plus vivre ainsi. Il commence alors à mettre un plan en marche dans le but de faire sortir sa femme de prison.

 

La mode est aux remakes dernièrement (Brothers, Laisse-moi entrer, The Tourist…), comme pour ici avec Les trois prochains jours, remake du film français Pour elle avec Vincent Lindon et Diane Kruger de Fred Cavayé (2008). Le problème reste toujours le même : lorsqu’on a vu le film original, le remake souffre toujours de la comparaison, et c’est souvent en sa défaveur.
Les trois prochains jours est un divertissement honorable qui remplit son contrat sans trop de mal et qui fonctionne. L’histoire est toujours certes un peu improbable – un homme fait s’échapper sa femme de prison – mais elle n’en reste pas moins émouvante et forte – jusqu’où est prêt à aller cet homme, ce qu’il est prêt à devenir pour elle. Les trois premiers quarts du film sont basés sur la préparation de l’évasion, le reste est consacré à cette fuite désespérée. Le réalisateur arrive à doser suspense, action et émotion.
Là où le film de Cavayé gagnait en intensité et en réalisme,
le film de Paul Haggis se perd un peu dans des scènes à l’américaine grand-guignolesque (la scène de l’autoroute est totalement inutile) et dans une dernière partie un peu trop longue (le film dure plus de 2 heures alors que l’original se concentrait sur 1h36 et donc maximisait l’intensité). Sinon l’intrigue reste plus ou moins la même, avec quelques changements pour s’adapter au territoire américain. Quand on sait que c’est Paul Haggis à la réalisation – réalisateur plutôt engagé (Collision, Dans la vallée d’Elah) – on est en droit d’être un peu déçu tout de même : le film n’a aucune personnalité et aurait pu tout aussi bien être réalisé par n’importe qui. Film prenant, oui, mais qui manque de souffle et qui au final, semble bien peu inspiré, alors que le scénario – copié-collé du film français – est excellent. On peut donc se poser la question de la légitimité de ce remake, qui en soit, n’est pas mauvais, se laisse agréablement regarder, mais qui ne dépasse en rien l’original et n’apporte rien de nouveau (Elizabeth Banks n’est pas à la hauteur de Diane Kruger, qui apportait de la fragilité et de la douceur). Hormis le grand plaisir de retrouver Russell Crowe, qui même en ayant pris du poids, et toujours aussi bon acteur.

One thought on “Les trois prochains jours

  1. Je suis bien d’accord avec toi sur de nombreux points, et ce en n’ayant pas vu la version française. C’est un bon film de divertissement comme les américains savent en faire, et surtout quand les acteurs sont bons, et surtout quand Russell est bon… 😀

    bisous !!! et merci pour ces photos et la dernière phrase 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *