Cortex (avant-première)

Memories

Charles Boyer, fic retraité, entre dans une clinique car il souffre d’alzheimer. Mais là-bas, il croit que des meurtres sont commis sur les autres habitants de la clinique. Il décide de trouver la vérité.

Le pari était audacieux: un polar français prenant place dans une clinique pour les personnes à la mémoire défaillante, tel le héros, flic à la retraite. C’est Nicolas Boukhrief qui relève le pari et qui plonge André Dussolier dans les méandres de la mémoire. Si Cortex manque de style, le réalisateur arrive à instaurer une ambiance un brin fantastique et angoissante. Le film est parfois drôle (malgré lui des fois) mais rend compte des conséquences de la maladie d’alzheimer. Le polar, lui, tatônne, se perd (un peu), mais nous tient en haleine. Jusqu’à la révélation finale (nous l’avons promis au réalisateur que nous ne l’a révélerons pas) qui se révèle un peu légère et décevante. André Dussolier, excellent, porte ce policier aux faux airs de polar social, accompagné de Julien Boisselier, Pascal Elbé et Marthe Keller, très bons également.

Sans se noyer dans des effets de style vains (c’est bien mais il aurait fallut peut-être en mettre un peu), le polar de Nicolas Boukhrief se place dans l’univers peu glamour et attirant des cliniques pour vieilles personnes ( Loin d’elle de Sarah Polley en parlait mais dans un autre registre). Si Cortex patauge un peu , les acteurs sont très bons ( Dussolier en tête) et évitent la noyade. Le résultat est assez déconcertant, un peu inquiétant et suscite le malaise.On peut dire que le pari est tenu même si le film manque encore de maîtrise.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *