Jane

The story of Jane Austen

James McAvoy. La Fabrique de Films

Anne Hathaway et James McAvoy. La Fabrique de Films

Pas encore l’écrivain célèbre que l’on connaît, voici Jane Austen âgée alors d’une vingtaine d’années qui s’éprend du beau et arrogant Tom Lefroy.

Abattons la carte maître dès le départ: James McAvoy. Un nom, un acteur, un des meilleurs. Il ajoute à une histoire plutôt conventionnelle aux rebondissements plutôt prévisibles du charme impétueux, du charisme ravageur, de l’insolence sauvage et de la sensualité à moitié masquée. Sinon, le film se base sur la prétendue relation entre Austen et Lefroy. On sait par des écrits retrouvés que l’écrivain l’a rencontré et que Lefroy a appelé sa fille Jane, mais rien ne prouve qu’ils soient tombés amoureux. Si vous acceptez ce postulat de départ, la comédie romantique reste gentiment sage et hypothétique sans que le plaisir en soit pour autant gâché. Ce qui est intéressant dans le traitement du film de Julian Jarrold est qu’il dresse un portrait plutôt crédible des différences de classes à l’époque et l’impossibilité de grimper sur l’échelle sociale, rendant impossible toute relation sérieuse entre deux jeunes gens venant de milieux opposés. Anne Hathaway est assez effacée et ne possède pas le piquant de Keira Knightley dans l’adaptation d’Orgueil et préjugés. Néanmoins, grâce à James McAvoy et le féminisme sous-jacent du film, on passe un agréable moment. Sans s’ennuyer en plus!

La Fabrique de Films
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *