Romanzo Criminale

Le premier gang

Kim Rossi Stuart, Anna Mouglalis, Claudio Santamaria et Pierfrancesco Favino. Warner Bros. France

Kim Rossi Stuart et Stefano Accorsi. Warner Bros. France

L’histoire qui commence en 1975 d’un groupe de jeunes gens qui veulent faire main-mise sur Rome: corruption, drogue, terrorisme, chantage, manipulation, violence..

Romanzo Criminale de Michele Placido est un grand film italien que j’avais eu le plaisir de découvrir il y a quelques années. Je viens de le revoir, et rien n’a changé. Reconstitution parfaite d’une époque, couleurs sombres, plongée dans les années noires de l’Italie…C’est un grand film pour son regard historique qui s’attache à trois personnages en particulier, le Libanais, le Dandy et le Froid dans l’Italie des années 70 mais aussi au niveau du traitement de l’histoire et de son esthétisme.
Poursuivi par un policier prêt à tout, le commandant Scialoia, ce polar ne cède pas aux sirènes hollywoodiennes ou clichés du genre. Placido n’entend pas vraiment nous mettre du côté de Scialoia, mais du côté de ses voyous, de ses terroristes. Il nous les montre dans toute leur complexité humaine: des hommes mais aussi des assassins. On les aime, on les déteste, ils nous fascinent, ils nous répugnent. Lentement (le film dure 2h30 mais sans aucune baisse de régime) il tisse le destin inéluctable de ces hommes, liés par un fantôme de leur enfance qui se retrouvent pris à leur propre jeu. Tous les acteurs (Jasmine Trinca, Anna Mouglalis, Stefano Accorsi, Pierfrancesco Favino et Claudio Santamaria) sont excellents. Mais c’est Kim Rossi Stuart, acteur de génie et de charme, fragile et violent, que l’on remarque. Il est fascinant.
L’amour et la violence s’entremêlent dans cette tragédie italienne qui ne romantise pourtant rien. Il ne fait impasse sur rien, il ne cherche pas à les rendre sympathiques. Ce sont des criminels. Des grands criminels de cinéma. Ce "roman criminel" est sans doute un des films les plus intéressants et importants du cinéma italien contemporain.

Warner Bros. France
 

One thought on “Romanzo Criminale

  1. 2011 Stanley Cup jerseysEveryone to buy their own big popular classical types, expenditure system! Depression season, who would cap tight purse, don’t sell old clothing than imagined practical durability good good. Clothing circle always you, but his effort, for example, as long as we would be more beneficial.
    This quarter money and advertising new packaging and printing, don’t in the city. No matter what « the oldest type, even such neverfull remedying ship » street bags, nor did he a spring flower series of position.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *