30 jours de nuit

Entretien avec des vampires

Josh Hartnett. SND Josh Hartnett et Melissa George. SND

Dans une petite ville d’Alaska, les habitants se préparent à une nuit de 30 jours. Mais tout dérape lorsque des vampires attaquent les villes, tuant ses habitants. Eben, le shérif local, Stella et quelques survivants tentent de survivre à cette nuit d’enfer…

Le postulat de départ était plus qu’intéressant: des habitants doivent survivre à l’attaque de vampires sur 30 jours. De quoi faire un survival oppressant et terriblement terrifiant. Sauf que voilà, malgré l’esthétique sombre et mystérieuse, 30 jours de nuit retombe comme un soufflé: les vampires ne font pas vraiment peur, on explique rien sur leurs origines, les clichés s’enchaînent, les personnages n’ont aucune psychologie…La palme revient de tout même au déroulement temporel : les 30 jours passent comme s’ils s’étaient passé 2 ou 3 jours. Pas crédible pour un sou. Pas vraiment film d’horreur, plus film d’ambiance ou thriller violent, le film de David Slade adapté d’une bande dessiné est classique. Josh Hartnett et Melissa George sont (trop) lisses en héros typiques de ce genre. Seul Ben Foster retient notre attention: dévoré par la folie, d’Otage à Alpha Dog, il fait montre d’un charisme étonnant. Il est le personnage le plus intéressant. Dommage que son personnage disparaisse en plein milieu du film. Le petit renversement à la fin nous interpelle, bien que le scénario en général souffre trop d’imperfections et d’incohérences. Mais le film évite le grand foutoir et reste assez sobre dans la mise en scène. Pas désagréable, mais pas nécessaire non plus.

Affiche américaine. Columbia Pictures
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *