Collatéral

Monsieur Vincent et son chauffeur

Tom Cruise et Jamie Foxx. United International Pictures (UIP)

Jamie Foxx et Jada Pinkett. United International Pictures (UIP)

Max est conducteur de taxi la nuit à L.A, bien sous tous rapports, qui rêve de monter sa propre société de location de limousines. Un soir, après avoir déposé une jeune femme procureur, Annie Farrell, un homme, cheveux poivre et sel, costard, prend sa place. Il devra s’arrêter à 5 arrêts et propose à Max de ne s’occuper que de lui cette nuit contre un beau pourboire de 600 dollars. Max hésite: logiquement ça ne se fait pas. Mais il a besoin d’argent et Vincent semble un type sympa, alors il  accepte. Premier arrêt: un corps tombe d’un appartement sur le taxi de Max. La vérité lui explose alors en pleine face: Vincent est un tueur à gages.

Michael Mann, grand bonhomme du cinéma américain, réalise ici un grand polar qui a fait date. Los Angeles, la nuit, lumières feutrées, flous, caméras en mouvement, plans cut...Il ne cherche pas à faire un "film propre" mais au contraire à transmettre l’atmosphère lourde, pleine de tension de son histoire qui aurait pu être du n’importe quoi s’il n’avait pas été aux commandes. Imaginez un tueur à gages implacable qui monte dans un taxi pour remplir son contrat (5 "cibles" disséminés dans la ville). Les américains sont bien connus pour les blockbusters avec méchants-gentils (ah le manichéisme américain!!!) et pourtant Collatéral désamorce tout ça. Il ne reste que deux hommes dans un taxi, chacun confronter au regard de l’autre, entre répulsion et fascination, humanité et cruauté. Chacun va "déteindre" sur l’autre de façon irrémédiable. Et Vincent va commettre sa plus grosse erreur: s’humaniser. Au contraire, Max, le conducteur de taxi, va devoir utiliser une arme. Deux opposés qui se rencontrent en une nuit pour une confrontation sublime. Ironique, parfois drôle, oppressant, ce polar contemporain élégant plonge dans les rues de L.A avec ses voyous, ses boîtes de nuits, ses animaux même et ses taxis. Autre bon point de la part de Mann: ne pas avoir centrer son récit sur l’enquête des flics, en arrière scène, mais au contraire de suivre jusqu’au bout la rencontre de ses deux hommes si différents. On pourrait aussi voir derrière le polar une critique de la mondialisation, des grandes villes où personne ne se connaît. Le fait de n’être qu’un individu parmi des milliers d’autres. Heureusement, Michael Mann ne plombe pas son récit de leçons ou même de jugement. La seule leçon qu’il donnera vraiment en sera une de cinéma. Le monsieur sait drôlement bien réaliser, surtout à l’heure où les réalisateurs plombent leurs films d’effets spéciaux à tout va ou d’explosions granguinolesques. Et puis, on l’avoue, Tom Cruise est excellent: cheveux gris, mâchoire serrée, costume gris aussi, il campe un grand tueur à gages qui garde une étincelle d’humanité. Oui, c’est un grand acteur. Jamie Foxx en conducteur de taxi est irrésistible en monsieur tout-le-monde. Leur rencontre fait des étincelles. A noter les excellents Mark Ruffalo, Jada Pinket et Javier Bardem ainsi que la brève apparition de Jason Statham.

United International Pictures (UIP)
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *