Invictus

"Je suis le maître de mon destin
Je suis le capitaine de mon âme"

Morgan Freeman et Matt Damon. Warner Bros. France

Morgan Freeman et Matt Damon. Warner Bros. France

Nelson Mandela arrive au pouvoir en 1994, lors de la fin de l’Apartheid. Grâce au rugby et au championnat du monde 1995, Mandela va tenter de réunir cette Afrique du sud divisée et blessée.

Clint Eastwood, on le suit les yeux fermés. Rien que son nom sur l’affiche promet un moment intense de cinéma. Ici, il s’attaque à une année charnière pour Nelson Mandela, et à un évènement quasiment oublié: le championnat du monde de rugby. C’est avec beaucoup de sensibilité et de respect qu’Eastwood dresse le portrait de Mandela, sans pour autant en faire un saint. Mandela est donc un être passionnant, bon, intelligent mais aussi calculateur comme nous le fait comprendre le cinéaste. Ce portrait vibrant d’un grand homme s’accompagne d’un des thèmes chers à Eastwood: l’humanité. Car quel que soit le film d’Eastwood que l’on prend, ils sont tous plein d’humanité, et cet Invictus renvoit à son précédent film, Gran Torino avec certains thèmes qui reviennent (la tolérance, le respect...). Pour revenir à Invictus, c’est un beau film, à défaut d’être grand. En effet, scènes symboliques (la scène où l’enfant noir et les policiers blancs écoutent à la radio le match de rugby) et bons sentiments sont légions, et c’est parfois un peu too much, il faut l’avouer. Déjà dans Gran Torino, ça sentait un peu le mélo, mais là, ça dégouline. Dommage, car avec un peu plus de rigueur, Invictus avait tout d’un grand film. Mais Eastwood sait faire du cinéma et que ses sujets touchent tout simplement le cœur. Ce film ne déroge pas à la règle. Film classique et élégant, comme le maître à l’habitude, Eastwood filme à nouveau du sport, plus de la boxe, mais du rugby. Et que l’on soit fan ou pas, on ne peut rester insensible devant les scènes sportives, très bien réalisées. Sinon, Morgan Freeman est d’une intensité et d’une présence inoubliable en Nelson Mandela. Matt Damon est très bon. Parce que le cinéma d’Eastwood, c’est aussi un cinéma d’acteur, qui a offert quelqu’uns de leurs plus grands rôles à des stars telles que Sean Penn, Hilary Swank, Angelian Jolie…

Invictus est un film humaniste, drôle, tendre, touchant qui prône la tolérance et que l’on devrait mettre entre toutes les mains. Si il n’atteint pas les sommets qu’Eastwood avait survolé avec Mystic River ou encore Million Dollar Baby, Invictus n’en demeure pas moins un beau film qui s’il raconte un fait passé (1995), n’en demeure pas moins terriblement actuel.

Warner Bros.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *