Rock’n’roll

Guillaume Canet, 43 ans, est épanoui dans sa vie, il a tout pour être heureux.. Sur un tournage, une jolie comédienne de 20 ans va le stopper net dans son élan, en lui apprenant qu’il n’est pas très « Rock », qu’il ne l’a d’ailleurs jamais vraiment été, et pour l’achever, qu’il a beaucoup chuté dans la «liste» des acteurs qu’on aimerait bien se taper… Sa vie de famille avec Marion, son fils, sa maison de campagne, ses chevaux, lui donnent une image ringarde et plus vraiment sexy… Guillaume a compris qu’il y a urgence à tout changer. Et il va aller loin, très loin, sous le regard médusé et impuissant de son entourage.

Pour son 5e long métrage en tant que réalisateur, Guillaume Canet décide de surprendre en racontant sa « vie » avec beaucoup d’autodérision. On y croise sa femme, Marion Cotillard dans son propre rôle, ses producteurs, les frères Attal, ses meilleurs potes, Maxim Nucci, Yarol Poupaud… Ça aurait pu être complètement raté et être un film-de-potes-tournés-entre-potes-pour-ses-potes mais au contraire, Rock’n’roll est une réussite. C’est drôle, très drôle. Tout en abordant des thèmes plus sérieux comme le temps qui passe, la difficulté de vieillir et de rester « in » dans un milieu où il y a beaucoup de pression. Il y a évidemment quelques scènes plus faibles que d’autres mais dans l’ensemble c’est très bon. Les scènes de Marion Cotillard parlant québécois pour son prochain rôle sont vouées à devenir culte. Et le final totalement barré saura surprendre, mais surtout faire rire. Ça fait du bien par les temps qui courent.

2 thoughts on “Rock’n’roll

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *